26 décembre 2009

En un acte

Dans le calme, je jette un oeil indiscret. La salle est vide. Je ne sais plus ce que je fais devant elle. Je tourne en rond, je me tourne les pouces, je retourne dans ma tête chaque tournure de chaque action qui se tournera bientôt ici quit à me faire tourner en bourrique car le temps tourne ! C'est de plus en plus clair ! C'est ici et très bientôt que vont arriver des dizaines de personnes pour me regarder ! Elles ne viennent que pour et je le sais ! C'est moi la vedette ce soir ! Je ne peux pas les décevoirs. Je sais que j'en suis capable et c'est bien cela qui me fait peur. J'ai envie de fuir ! Une équipe télévisée est prévue... On m'a prévenu au dernier moment évidemment... Le film aura une fonction pédagogique m'as-t-on dit. Dans quels cours le diffusera-t-on ? Ceux d'éducation civique, pour meubler ? Ceux d'histoire, pour illustrer de manière ludique ? Ceux de littérature, pour diversifier les supports ?

Il y a encore quelques minutes je n'y croyais plus. Ça me semblait tellement loin que cela ce pouvait que s'annuler : c'était irréel !

18h53... dans 7 minutes le public installé réclamera son spectable, silencieusement, incidieusement. Plusieurs personnes sont déjà arrivées et patientent assises : je les entends discuter. Les habitués parlent de manière pédante à ceux venus pour la première fois. Il y a peu d'enfants, les rares bambins se tiennent bien. L'intimidation les assagit. Le lieu est impressionant, je le reconnais. On n'est pas obligé de le trouver beau mais il fait figure d'autorité.

Mes camarades me lancent des regards pleins de soutien. Je suis le premier d'entre nous à paraître. Leur tour viendra mais présentement, je suis sous tous les regards. On m'accompagne jusqu'à le scène. Désormais c'est le publique qui a les yeux rivés sur moi. Les enfants chuchotent, ont l'air interrogateur.

Un petit homme au teint cireux mouille une éponge, la fait mollement monter jusqu'à mon crâne où il l'a pose, se recule. Un vieux beau que j'ai souvent croisé dans le couloir me regarde une dernière fois en restant impassible. Comment fais-t-il ? Pour ma part je suis secoué de toute part par l'émotion. Il actionne le levier.

Un choc !

Heure du décès : 19h01.

(c) copyright Gwendoline Desliens Tous droits réservés

Posté par Biaise à 03:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur En un acte

Nouveau commentaire